Qu’est-ce qui vous fait sourire ?

Les soit-disant critiques littéraires incapables d’aligner deux lignes sans commettre les pires fautes d’orthographe (plus on lit, mieux on écrit, non ?) ou qui crient au génie à chaque livre commenté (vraiment ?); les auteurs qui n’acceptent pas la critique, ceux qui confondent richesse de langage et pompe inutile et ceux qui croient que leur prose est si magnifique que tout le monde ne peut que les vénérer (calembour intentionnel).

Et vous ?

Laisser un commentaire