commentaires

  1. Quand même ces grosses bacchantes, pas très hygiénique mais ça avait de la gueule ! 🙂
    Déjà à l’époque on pratiquait la retouche photo : on distingue bien les traits pour accentuer le rond des yeux (en bas). Photoshop n’a rien inventé 😉

    • Il est mort 21 ans avant mon arrivée sur terre et ma mère ne se souvient pas de lui, mais mon grand-père révérait son père, donc je suppose qu’il y avait de quoi 😉

  2. Visage ancien s’enfonçant peu à peu dans les brumes du temps, dernier support d’un souvenir qui ne nous survivra pas …

  3. On ne fait plus trop ce genre de médaillon dans les cimetières. Un visage qui peu à peu s’efface de la réalité…mais j’espère pas des souvenirs.

    • En fait, si… il est mort 21 ans avant ma naissance, ma mère ne l’a presque pas connu, mes grands-parents sont tous décédés, et la seule tante assez âgée pour s’en souvenir n’a plus toute sa tête… alors je lui réinvente une vie 😉

    • Mais si cela se fait encore j’ai un beau-frère décédé en 2014 qui a un médaillon, en couleur mais sinon c’est pareil!

    • Surtout en photo, c’est l’un des rares souvenirs que je conserve de la maison de mes grands-parents (Je pensais que c’était mon grand-père en photo 😁)

  4. Je verrai bien aussi ton grand-père. Apparemment, c’est une photo prise sur une tombe. Il avait vraiment fière allure. En ce temps-là, on ne faisait pas de selfies en se trémoussant ! Les temps ont bien changé ! bon dimanche

    • Il y a 4 ans, en se promenant dans le cimetière de Belgrade (un faubourg de Namur, en Belgique… ma ville natale), ma mère et moi avons retrouvé sa tombe… elle a été enlevée depuis, on a gardé ce souvenir et la photo qui trônait sur la cheminée de mon grand-père. Pour info, c’est le seul de mes aïeux dont j’ai retrouvé trace, les autres ont été broyés par le temps qui efface tout passage

      • bien sûr…pas assez de place, pas assez d’argent pour payer une concession perpétuelle…la tombe de mon arrière-grand-père a disparu en 2016, 60 ans après sa mort…

    • J’adore les cimetières, ils sont remplis d’histoires, de tragédies, d’humour aussi, parfois (oh, ces trois tombes où le mari a survécu à ses deux femmes et l’a inscrit en épitaphe sue sa tombe, entre les deux 😂), de tendresse, d’amour, petits et grands, éternels vraiment ceux-là, du moins aux yeux des vivants. Tous ces noms, ces visages, disparus, engloutis par le temps… bref, je leur invente à tous une vie, à chaque passage

  5. Pour Ava, bien sur que les concessions sont payées pour un temps, souvent 30 ans encore de nos jours et ce n’est pas plus mal parce que quand les descendants sont tous morts, les arrières, arrières, arrières petits enfants ne s’en soucient même pas et puis le nombre de cimetières à entretenir et fleurir se multiplierait, pour ma part à la Toussaint j’en ai 5 à fleurir dont 3 à entretenir, l’herbe pousse vite!

Laisser un commentaire