commentaires

  1. J’adore ! Ils font de la permaculture ? Et puis au moins tu sais ce que tu manges dans ce restaurant !
    Bon dimanche, Isabelle, la supportrice des diables rouges !

    • Oui, et ils privilégient tout ce qui est circuit court/bio/éthique/éco pour ce qu’ils ne produisent pas eux-même (même leur vaisselle a été faite par des artisans du coin).

      • Ah oui ! Je viens d’aller y jeter un oeil, mais je l’ai récupéré bien vite à la vue des € qui s’affichaient.
        Mais qu’est-ce que c’est alléchant !

      • C’est à tomber, une expérience gustative unique où le temps s’arrête (il faut compter à peu près 3 à 4 heures pour un lunch et une à deux heures de plus pour un menu du soir) et dont tu sors en ayant vraiment bien mangé (le lunch, par exemple, je n’ai rien mangé le soir). Mais oui, c’est à prendre en version « une fois dans sa vie ». Dans notre cas, on avait découvert le chef lors d’une soirée « concert/conférence » autour des talents belges. Sang Hoon Degeimbre était venu nous parler de créativité culinaire et du fait que son jardin fait partie intégrante de la cuisine. ça nous avait séduits et on avait noté l’adresse dans notre liste des choses à tenter un jour 🙂

      • si tu « oublies » de payer, je suppose que oui…juste avant de te faire passer par la case prison (et là, tu ne peux plus sortir ! 😉 )

      • On met un point d’honneur à encourager ce genre de d’actions. A notre humble niveau bien entendu.
        Bonne toute fin de dimanche Isabelle. Dans deux heures c’est lundi.

    • On en a encore ! Certains terrains de Bruxelles (et de Vilvoorde, au Nord) sont réservés pour y faire des potagers urbains. On a aussi des ruches sur les toits et dans nos parcs. Bref, Bruxelles n’a pas bonne presse en matière d’architecture, mais c’est une ville ancrée dans la verdure (50% de sa surface est composée d’espaces verts) et qui foisonne d’initiatives éco 🙂

      • Contradiction humaine, dans les villes où la nature foisonne on la massacre et dans celle où elle est naturellement plus rare, on fait tout pour la préserver et la faire prospérer…Chez moi c’est massacre à la tronçonneuse, avec quelques années de retard on découvre les joies du béton!

      • C’est de fait assez dingue alors qu’on est maintenant dans une vague « retour aux sources ». A Bruxelles, les nouveaux bâtiments (parce que, oui, évidemment, dans les quartiers à forte densité et déjà bétonnés, on continue à construire…ou plutôt, on détruit et on reconstruit) sont tous pensés « énergie passive », « murs végétaux », etc.

  2. On en est pas là, nous on rase les bosquets, on supprime les bancs, on décime les arbres qui sont là depuis des siècles, et on crée de vastes places de béton vides où personne ne va: venteux en hiver et cagnard en été. Not’ maire à tous à des potes dans le béton. On élargit les trottoirs aussi, ce qui fait que nos rues traditionnellement étroites deviennent des goulots d’étranglement où l’on ne peut plus circuler… bref:)))

    • Le réchauffement climatique, que veux-tu…blague à part, on a discuté avec le jardinier et il nous disait que même s’ils peuvent maintenant cultiver leurs vignes et produire du vin maison, la sécheresse devenait vraiment un souci en Belgique.

  3. Manifestement, la Belgique est aussi sèche que Lille où il n’a pas plu depuis plus d’un mois.
    Quant à ce chef d’exception, je l’ai découvert jadis à la TV dans un Top Chef belge (ou ce genre d’émission) où il était jury. Je me souviens notamment de ses assiettes décorées à la Pollock avec des pétales de fleurs, une merveille ! Alors je suis sûre que tu as vécu là un moment d’exception.

    • On a eu un orage mercredi soir, mais ça n’a pas suffi à abreuver la nature (même dans le jardin, il y a une crevasse au pied de mon saule tortueux).
      Pour la cuisine, oui, c’était magique.

  4. quel joli endroit, et quelle table ! bon, de temps en temps, un gastronomique ne fait pas de mal. Dans ma ville de banlieue, ils vont mettre des jardins ouvriers, et les demandes sont déjà plus nombreuses que les disponibilités. Je pense qu’à force qu’on ne sache plus l’origine de ce que nous mangeons, surtout avec les prix qui ne font qu’augmenter, faire ses propres cultures est vraiment top. Ma commune met des pancartes sur les espaces verts disant qu’ils n’utilisent plus de pesticides. J’utilisais l’ancien logo, je vais voir le nouveau chez Martine. bon dimanche

Laisser un commentaire