Une Première au Champagne

Bon, ben, voilà, maintenant que c’est réglé, je peux communiquer dessus ! J’ai enfin une première date française ! Ouaip, ça y est, la Scribouillasse se lance à l’assaut de l’Hexagone. Et pas n’importe comment, non. C’est qu’on rentre par la grande porte, quand on est une Scribouillasse. Allez, zou, invitée à un Festival, rien que ça !

Mais comment en est-on arrivé là ? Parce qu’aux dernières nouvelles, le livre, bien que disponible en France, n’y bénéficiait que d’une promotion qu’on pourrait qualifier, au mieux, de confidentielle…eh bien, pour paraphraser Edouard Baer, je dirais que cette vie de Scribouillasse qui s’ouvre à moi, c’est d’abord des rencontres, des gens qui m’ont tendu la main à des moments où je ne pouvais pas, où j’étais seule chez moi. De quoi dire merci à la vie, de chanter la vie, de danser la vie !

edouardbaer

En parlant d’Edouard, vous avez vu sa cérémonie d’ouverture à Cannes, hier ? non ? m’enfin, qu’est-ce que vous faites encore là, filez donc voir ça (et puis revenez pour la suite des infos 🙂 )

En l’occurence, c’est vers Michel Dufranne, le « Monsieur Mauvais Genres »* de la RTBF, dont la réputation a depuis longtemps traversé les frontières, et vers mon chéri, dont la grosse paluche déguisée en petite main innocente est désormais connue de la blogosphère, que va toute ma gratitude, puisque c’est grâce à eux que cette aventure est possible. Le premier car, ayant reçu carte blanche du festival pour inviter quelques auteurs du pays de la moule-frites, son choix s’est porté, entre autres, sur votre dévouée Scribouillasse et ses péripéties autour du Ring de Bruxelles…et le deuxième car il a accepté avec beaucoup de grâce de troquer une escapade romantique à une escapade festivalière le weekend de mon anniversaire (ben oui, c’est un peu la cerise sur le gâteau, mais le festival tombe en plein à la date de mon anniversaire).

*on parle ici de genres littéraires, hein…

C’est donc avec une joie non dissimulée (sans blague, je rayonne depuis que l’info m’a été confirmée !) que je prendrai le chemin de la cité des rois en octobre prochain avec mes compatriotes (je connais déjà quelques noms, mais chut, c’est un secret…sachez juste que ça va dépoter de la Kriek Lambik entre deux fûts de Champagne) pour un weekend de folie !

Venez nous rejoindre pour faire la fête au polar, à la Belgique invitée et à mes années qui défilent et ne se ressemblent pas les 13 et 14 octobre prochain au Festival Interpol’art à Reims !

 

 

 

 

commentaires

  1. Bon. Va falloir que je le lise, ton polar (même si je suis rétive à ce genre littéraire, mais j’ai jamais dit que j’ai raison)…
    Je vais avoir l’air de quoi, maintenant, si on me dit :
    – Isabelle Corlier, tu connais ?
    – Ben oui ! c’est une copine !
    – Et tu as lu son roman ?
    – Euh… non !
    Le problème, c’est pas que je vais avoir l’air de rien ! Le problème, c’est que je ne pourrai pas parler de ton roman, le défendre, le mettre en valeur…
    Bon. Va falloir que je me mette au polar… à cause (ou grâce ?) de toi.
    Bises 😀

    Aimé par 1 personne

  2. Super nouvelle ça! Et ça va faire plaisir à ceux qui te connaissent déjà et qui pourront te voir, te toucher…euh non p’tet pas quand même 😉
    Quant au scribe Edouard, moi aussi j’adore son humour.
    Bref, tout ça pour dire que j’ai eu la chance de passer la soirée face à Isabelle hier à la librairie « l’Oiseau-Lire » et que, avec 2 autres scribouillases de polar belges elles aussi, elles nous ont offert un très bon moment littéraire mais pas que.

    Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s