De Nouvelles Aventures

Ring Est est maintenant sorti depuis quelques semaines, bientôt un mois, et bien que je sois toujours derrière lui pour le guider et l’accompagner dans son parcours, je dois bien avouer que mon premier-né se débrouille plutôt pas mal dans ses premiers pas ! A tel point que je me retrouve parfois à trottiner pour garder le rythme. Je ne vais évidemment pas m’en plaindre, loin de là ! Chaque jour est un nouvel émerveillement…

Mais qu’à cela ne tienne, je ne suis pas là pour me reposer sur mes petits lauriers. C’est que toute cette histoire, c’est un peu comme au rugby. J’ai marqué l’essai, il me faut maintenant réussir la transformation. C’est parti pour de nouvelles aventures ! Pas des moindres parce que j’ai bien l’intention d’aller plus loin que l’année passée. Cette fois, je m’attaque non pas à un, mais bien deux romans ! Et tout ça pendant qu’on assure la promotion de Ring Est ! Ouais, peur de rien, la Scribouillasse !

Mais pourquoi je te parle de tout ça ? Ben, parce que je vais avoir besoin de toi, pardi !

Tu te souviens, l’année passée, j’avais pas mal parlé de cette vieille saleté de Résistance qui me pendait à la plume dès que l’occasion se présentait et transformait chaque session d’écriture en lutte au boulet. Crois-tu vraiment qu’elle m’a quitté depuis Ring Est ? Que nenni !! Si j’ai appris à la reconnaître, elle a appris à se déguiser, la fourbe ! Elle se planque et guette le moment où je baisse la garde pour me sauter dessus comme un diable surgit de sa boîte. « Ah aaaaah ! Je te tiens, la Scribouillasse, tu ne m’échapperas pas, cette fois ! » *

* Avec la voix de Louis de Funès dans Fantomas.

Du coup, il faut que j’improvise. L’année passée, j’avais un but, une date que je ne pouvais pas dépasser : la participation au Prix Fintro ne pouvait être validée que si le bouquin était déposé dans une agence Fintro au plus tard le 14 avril (en réalité, ça tombait un jour de bank holiday – le good friday – et la date butoir avait été repoussée au 18 avril, juste après le lundi de Pâques…pour info, c’est encore le cas cette année, le 30 mars étant good friday et le 2 avril le lundi de pâques. Avis aux participants, si vous voulez 4 jours de rab pour finir votre bouquin 🙂 ). Du coup, j’ai décidé de remettre le couvert cette année…une deadline, y’a rien de tel pour se motiver !

Je me laisse donc jusqu’au 18 mai pour finir le premier jet de mon prochain bouquin. Oui, mai et pas avril pour prendre en compte les weekends de promotion de Ring Est…et parce que c’est un jour parfait pour faire un cadeau au Mâle qui doit supporter mes délires tous les autres jours de l’année 🙂

Tu vois où je veux en venir, maintenant ?

Considère ce post comme étant mon engagement officiel. Le 18 mai, il faut que je te revienne avec la photo du manuscrit dans son emballage-cadeau ! Alors, n’hésite pas à me pousser et me demander des comptes jusque là !

Sus à la Résistance ! Elle ne vaincra pas !

Et juste parce que c’est toi, la première photo-mystère de ce nouveau projet dont je te confie déjà le titre : « Laeken Rose »

29261628_2075982336011599_6917999541308358656_n

Attention, ça va stoemper !

 

 

 

 

commentaires

  1. Rhaaa que c’est agaçant de voir ce cahier sans savoir ce qu’il y a dedans!!!
    Bon, on t’accorde jusqu’au 18 mai et pas un jour de plus, et je compte sur ta blanche minette pour surveiller cette s….e de Résistance!
    Bon je suis là à te faire la morale mais je suis la reine de la procrastination alors j’ai un peu honte. Quoique.

    Aimé par 1 personne

    • La Résistance, c’est le manque d’inspiration, oui, mais c’est aussi et surtout la procrastination, le fait que, tout à coup, une série netflix semble teeeeeellement plus intéressante qu’écrire, puis on se dit que, vraiment, il faut qu’on s’attaque à refaire la clôture qu’on n’a pas touchée depuis un an, etc. Bref, tout ce qui fait qu’écrire passe en dernier alors que c’est en fait la chose la plus importante à faire. La Résistance, c’est aussi ce qui explique que des gens te disent « je voulais être chanteur, mais, tu comprends, c’est pas un métier, alors je suis devenu comptable ». C’est la peur de l’échec, celle de la réussite aussi (ça a l’air paradoxal, mais c’est vrai), de l’inconnu, de soi-même….bref, la peur, quoi. Du coup, comme tu as peur, ton cerveau te convainc qu’il ne faut surtout pas le faire…tu résistes 🙂 (et, sur ce, je cours lire ton joyeux Ramon Novarro ^^)

      Aimé par 1 personne

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

w

Connexion à %s